Lanceurs ESA

DOCUMENTATION ESA

LES FUTURS LANCEURS SPATIAUX ESA

LE LANCEUR VEGA C

Le nouveau lanceur européen Vega-C devrait faire ses débuts en 2020 pour plus de lancements, avec des performances accrues, sur plus d’orbites.

Il dispose d’une gamme de capacités pour répondre aux besoins de l’ensemble du marché des services de lancement pour des charges utiles de 1 kg à 2300 kg, pour «l’accès à», «les opérations dans» et le «retour de» l’espace.

Le Small Spacecraft Mission Service, ou SSMS, est un nouveau système de support de charge utile pour le marché des petits satellites. Il volera d’abord sur le lanceur Vega actuel lors d’un vol de validation de principe en 2019 pour déployer plusieurs petits satellites. Ce lancement en covoiturage transportera sept microsatellites et 35 CubeSats. Le SSMS sera lancé sur Vega-C à partir de 2020, offrant 700 kg de capacité de charge utile supplémentaire à l’intérieur d’un carénage plus grand.

Les adaptateurs de charge utile supplémentaires incluent une amélioration de l’adaptateur de charge utile Vespa de Vega pour les passagers doubles et le Vampire pour les charges lourdes simples.

Le système Space Rider, intégré à Vega-C, fournira une capacité de retour de charge utile pour l’Europe.

Des développements sont en cours pour un étage supérieur Vega Electrical Nudge, Venus, qui fournira la capacité de transfert orbital aux satellites pour étendre sa portée sur le marché avec le déploiement de constellation, la mission lunaire et l’entretien en orbite.

Les fusées sont l’épine dorsale de toutes les entreprises spatiales. L’ESA, en partenariat avec l’industrie, développe des véhicules de transport spatial de nouvelle génération, Ariane 6, Vega-C et Space Rider. Associés à des technologies phares, ces programmes renforcent notre position sur un marché concurrentiel, garantissent un accès indépendant et autonome à l’espace pour l’Europe et présentent de nouvelles opportunités pour les services de transport spatial. Lors de Space19 +, l’ESA proposera de nouvelles améliorations à ces programmes et introduira de nouvelles idées pour aider l’Europe à travailler ensemble pour bâtir une économie de transport spatial robuste. Rejoignez la conversation en ligne cette semaine en suivant le hashtag #RocketWeek

DOSSIER DOCUMENTAIRE ESA 21 :01 :2020Modifier »Lanceurs ESA »

ESPACE

Quatrième report consécutif pour le tir de la fusée Vega

Des «conditions météorologiques défavorables» ont empêché le lancement de la fusée européenne Vega, censée décoller depuis Kourou samedi soir.

«Une nouvelle tentative sera envisagée dimanche 28 juin», selon Arianespace.
«Une nouvelle tentative sera envisagée dimanche 28 juin», selon Arianespace.AFP

Le lancement de la fusée européenne Vega qui devait décoller samedi soir depuis Kourou, en Guyane française, a été de nouveau reporté en raison de «conditions météorologiques défavorables», a annoncé le centre national d’études spatiales (CNES) dans un communiqué. «Une nouvelle tentative sera envisagée dimanche 28 juin», sous réserve «d’une évolution favorable des conditions météorologiques», a indiqué de son côté Arianespace dans un communiqué.

La fusée Vega devait être lancée depuis Kourou samedi à 22H51 heure locale (dimanche 03H51 en Suisse) avec à son bord 53 satellites pour le compte de 21 clients, issus de 13 pays différents. Le décompte des opérations a été stoppé quelques minutes avant le tir programmé, a constaté l’AFP. «En raison de conditions météorologiques défavorables au-dessus du Centre spatial guyanais, le lancement Vega est de nouveau reporté», a indiqué le CNES.

Il s’agit du quatrième report consécutif de ce vol Vega «VV16». Le décollage de Vega avait initialement été programmé pour le 18 mars mais avait été reporté une première fois en raison de la crise du coronavirus. La semaine dernière, le lancement avait à nouveau été annulé deux fois en raison de conditions météorologiques défavorables.

Premier lancement européen de vol groupé

La durée prévue de la mission était de 1 heure et 45 minutes pour une mise en orbite basse (500 km d’altitude). Ce programme porté par l’Union européenne et l’Agence spatiale européenne (ESA) est inédit car il s’agit du premier lancement européen de vol groupé («rideshare»).

«Pour la première fois, l’Europe sera capable de consolider une mission avec plusieurs dizaines de satellites à bord, ce qui a déjà été fait par d’autres lanceurs dans le monde», notamment l’américain SpaceX, avait détaillé Stéphane Israël, président exécutif d’Arianespace. Cette «grappe» est constituée de sept petits satellites (pesant entre 15 et 150 kilos), ainsi que de 46 nano-satellites, pour des applications allant de la communication à l’observation de la Terre, en passant par la recherche scientifique.

Un système identique sera aussi proposé par le futur lanceur lourd Ariane 6, dont le vol inaugural a dû être repoussé à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19. Le dernier tir d’une fusée Vega remonte à l’été 2019, où une défaillance avait entraîné la destruction du lanceur, par précaution.

ESPACE – Le décollage de la fusée européenne a dû être reporté à cause de vents persistants. Arianespace a annoncé ce mercredi que le tir depuis Kourou (Guyane) aurait finalement lieu à la mi-août.

01 juil. 2020 16:59 – Maxence GEVIN

Nouveau report ! Après avoir déjà été annulé à quatre reprises (1 fois en mars à cause du coronavirus, 3 fois de suite en juin pour vents violents), le lancement de la fusée européenne Vega a de nouveau été repoussé. L’opération se déroulera finalement le 17 août prochain, toujours à Kourou (Guyane). Selon Arianespace, cette décision n’a rien à voir avec l’accélération de l’épidémie de Covid-19 dans la région mais s’explique plutôt par les conditions météorologiques attendues (de forts vents notamment). « Aucune amélioration de la situation météorologique n’étant attendue à court terme, Arianespace a décidé de reporter le lancement de la mission VV16 au 17 août, date à laquelle les modèles de vent observés sont plus favorables » détaille dans un communiqué l’opérateur. Il note aussi que le maintien de « vents défavorables sur une période aussi longue est inédit ». 

Un nouveau marché spatial

Ce contretemps ne fait vraiment pas les affaires de l’Europe, tant la mission VV16 est cruciale. Il s’agit du premier lancement de vol groupé européen. Il va placer en orbite basse une multitude de satellites. Sept petits satellites (entre 15 et 150 kilos) et 46 nano-satellites (dont certains ne pèsent que 300 grammes) font partie de cette « grappe ». Ils permettront notamment d’observer la terre, de disposer de données météorologiques complémentaires ou encore de favoriser les télécommunications. Daniel Neuenschwander, directeur du transport spatial européen de l’Agence spatiale européenne (ESA) avait annoncé à l’AFP que ce nouveau virage aiderait à « standardiser l’accès à l’espace pour les petites charges utiles. Elles vont pouvoir prendre le métro au lieu de prendre un taxi individuel ». D’autres organisations dans le monde, SpaceX en tête, se sont déjà lancées sur ce nouveau marché, en plein développement et attractif car moins coûteux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *